Confinement : 4 bonnes nouvelles qui font du bien au moral et à la planète

dauphins dans la mer

Chaque mois, CASTALIE publie quatre initiatives positives pour la planète. Ce mois-ci, nous avons décidé de partager avec vous quatre bonnes nouvelles, liées à l’épidémie qui sévit. Quatre bonnes nouvelles qui font du bien et qui donnent le sourire.

L’épidémie du coronavirus booste les circuits courts 

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux Français privilégient les circuits courts plutôt que les supermarchés. Une manière d’être solidaire avec les agriculteurs – qui peinent à écouler leurs stocks – mais également de booster l’économie locale et de favoriser des produits frais, locaux et de saison. Une tendance confirmée par les acteurs des circuits courts, comme Grégoire de Tilly, président de La Ruche Qui Dit Oui, qui confie à Libération : “Depuis un mois, nous avons enregistré une hausse de 70 % de notre chiffre d’affaires, une augmentation de 30 % du panier moyen.” 

Emma Sion et Frédéric de la Villesbrune, gérants d’Ecocinelle dans les Yvelines, livrent des paniers de produits locaux et gèrent une boutique 100 % vrac et local. Depuis le début du confinement, ils ont multiplié par 2 le nombre de paniers et le chiffre d’affaires de la boutique a augmenté de plus de 20 %. “Les gens se tournent vers les circuits courts pour manger local, soutenir les commerces de proximité et également pour éviter les supermarchés surpeuplés et souvent en manque de marchandises” explique Frédéric. “Nous accueillons énormément de nouveaux clients depuis le début du confinement, et je pense qu’ils seront assez nombreux à privilégier les circuits courts même après la crise du coronavirus !” confie Emma. Manger local, c’est bon pour le moral ! 

Sac livraisons produits producteurs
Les paniers de producteurs prêts à être livrés par Frédéric de la Villesbrune

La planète respire, grâce à une nette diminution de la pollution depuis le début de l’épidémie

La réduction drastique des déplacements, le confinement d’une grande partie de la population et le ralentissement de nombreuses usines ont un impact considérable sur la pollution. Aujourd’hui, la planète retrouve un peu d’air, et du bon. L’Agence Spatiale Européenne (ASE) a observé une chute spectaculaire de la pollution atmosphérique dans de grandes villes du continent, comme Paris, Rome ou Madrid. Cette diminution de la pollution a un impact sur notre environnement : si l’air est plus respirable, les eaux de Venise sont de nouveau transparentes, tout comme à Marseille, où des dauphins, thons et autres rorquals ont été observés dans les Calanques. À Paris, les oiseaux profitent du calme pour chanter à tue-tête, en cette saison des amours.

Carte Paris pollution confinement
Entre mars 2019 et mars 2020, le taux de monoxyde d’azote a largement diminué à Paris, selon ces images de l’ASE

Plus de 240 000 personnes sont mobilisées pour mettre la main à la terre dans les champs 

Le 24 mars, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, lance un appel aux nombreuses personnes qui n’ont plus d’activités : aider les agriculteurs du pays, en manque de main d’œuvre depuis le début de l’épidémie. Dans la foulée, la plateforme “Des bras pour ton assiette”, dont nous vous parlions la semaine dernière, est lancée. Elle permet de mettre en relation les agriculteurs et les volontaires souhaitant relever les manches et travailler dans les champs. Aujourd’hui, plus de 240 000 personnes se sont portées volontaires ! 11 000 d’entre elles sont en ce moment même à pied d’œuvre. Un élan de solidarité qui met du baume au cœur.

Agriculteur champs confinement

Une “relance verte” après la crise du Covid-19 : se reconstruire de manière écologique et responsable

La crise sanitaire que nous vivons a un impact considérable sur l’économie mondiale. 180 signataires de tous horizons (ministres, députés européens, ONG, entreprises, think tank…) ont rédigé une tribune publiée dans de nombreux journaux européens, pour relancer l’économie de manière verte et vertueuse, en prenant en compte le volet climatique. ”Après   la blessure   de la crise   viendra le temps   de la reconstruction.   Avec lui, nous aurons   l’opportunité de repenser   nos sociétés.” peut-on lire dans la tribune. « La transition vers une économie climatiquement neutre, la protection de la biodiversité et la transformation des systèmes agroalimentaires peuvent permettre de créer rapidement des emplois, de la croissance (…) et contribuer à bâtir des sociétés plus vigoureuses. »

En France, le collectif La Meute d’Amour (qui rassemble près de 200 personnalités engagées comme Cyril Dion, Yann Arthus-Bertrand ou encore Marion Cotillard) a lancé L’Académie du Monde d’Après, un festival de rencontres et d’échanges 100 % virtuels qui a eu lieu les 11 et 12 avril, afin de réfléchir à l’après confinement de manière écologique et responsable. Profitons de cette période confinée pour penser à “l’après”, et comment s’inscrire dans un mode de vie et une économie plus verts.

Académie du monde d'après

 

Texte : Jeanne Favas
Crédits : Lionel Laso, Ecocinelle, Anaya Katlego, L’Académie du Monde d’Après