debuter-zero-dechet-regle-5-r

Débuter en zéro déchet : la règle des 5 R

Le zéro déchet est un mode de vie qui consiste à réduire au maximum notre impact sur l’environnement, en limitant le nombre de déchets que nous produisons, voire, idéalement, en n’en produisant plus du tout. Pour tendre à cet idéal, la blogueuse française Béa Johnson, installée en Californie et adepte du minimalisme,  a proposé dans son ouvrage Zéro Déchet, 100 astuces pour alléger sa vie, sorti en 2013, une règle très simple : celle des « 5 R ». Depuis, cette méthode est devenue la base pour tous ceux qui souhaiteraient se mettre au zéro déchet, sans trop savoir par où commencer. Allez, on vous explique tout !

R comme Refuser ✋

Premier des 5 « R », refuser. C’est là que tout commence : par notre capacité à pouvoir dire « non » à un monde qui souhaiterait nous pousser à consommer toujours plus. Refuser signifie donc ici ne pas accepter d’être complice de ce système. Cela passe par exemple par le refus d’acheter des produits suremballés et d’opter plutôt pour le vrac, par le fait de ne pas consommer de produits en plastique à usage unique, ou encore de ne pas accepter la publicité dans sa boite aux lettres, pour éviter les pollutions inutiles.
L’idée est donc d’utiliser son pouvoir de « consom’acteur » pour inciter l’industrie à produire moins, et mieux.

ecologie-zero-dechet-environnement-vrac

R comme Réduire ↙

Derrière la notion de réduire, il s’agit surtout de se demander pour chaque achat : est-ce qu’il nous est vraiment utile ?
Pour commencer, Béa Johnson conseille de passer en revue ses objets et ses vêtements, et de faire un état des lieux de ce qui nous est utile et de ce qui ne l’est pas. Cette première étape permet ainsi de prendre conscience de ce dont nous avons vraiment besoin, et de ne pas céder à l’appel du 4e jean que l’on a vu en soldes par exemple.
En faisant l’exercice de se questionner sur l’utilité de chaque acquisition, nous prenons bien souvent conscience que nous pouvons très bien vivre avec moins, qu’il est tout à fait possible d’acheter en quantités plus raisonnables, et de faire des choix de consommation plus durables.
vetement-durable-environnement

R comme Réutiliser 👖

Dans la même lignée que Refuser et Réduire, Réutiliser implique de s’appuyer sur les ressources que nous avons déjà plutôt que de racheter sans cesse de nouveaux objets. Cela se traduit par exemple par l’achat de vêtements ou d’objets de seconde main, par le fait de louer ou d’emprunter certains produits ou services dont nous avons besoin, par la transformation d’anciens vêtements en nouveaux… Réutiliser demande à développer ses capacités créatives : et si vous transformiez cette chemise en headband, par exemple ? Et si vous appreniez à réparer votre grille-pain avant de courir en racheter un ? Qui sait, vous vous découvrirez peut-être des talents insoupçonnés !
Bien sûr l’idée n’est pas de vous empêcher de vous faire plaisir en vous offrant de nouvelles choses, mais plutôt de vous orienter au maximum vers des produits durables. Là encore, demandez-vous au moment de faire vos courses quels objets seront réutilisables au mieux, et lesquels, a contrario, viendront juste s’empiler sur votre pile de déchets.
recycler-reutiliser-diy-zero-dechet

R comme Recycler ♻

Lorsqu’il n’est pas possible de réutiliser, on attaque la 4e étape : recycler. Recycler demande d’abord à s’éduquer sur les produits de notre quotidien : quelles matières sont recyclables ? Dans quel bac dois-je les jeter ? Pour chaque commune, les couleurs des bacs de tri varient, or un déchet non trié est un déchet qui ne pourra pas être recyclé ! En cas de doute, à vous de vous renseigner sur le site de votre mairie. Vous pouvez également télécharger le guide du tri de Citeo pour vous aiguiller.
Pour information, à Paris depuis 2019, tous les emballages plastiques papiers, cartons ou métal vont dans la poubelle jaune. Le verre va quant à lui dans les bacs blancs, les déchets alimentaires dans le bac marron, et ce qui reste, dans le bac vert. Si tout va bien, les couleurs des bacs de tri devraient être harmonisés partout en France d’ici 2022, ouf !
Mais attention, ce n’est pas parce que vos déchets sont triés qu’ils seront forcément tous recyclés, loin de là. Si le papier, le carton et le verre sont les matières les plus faciles à recycler, il en va tout autrement pour le plastique. En France en 2019, seuls 29% des emballages plastiques étaient recyclés selon Citeo. Certains plastiques, comme le polystyrène, sont aujourd’hui presque impossible à recycler faut de filières adaptées. Sans compter que le plastique ne se recycle pas à l’infini, et qu’un jour ou l’autre, il redeviendra donc… un déchet.
Si le recyclage est une bonne initiative pour réduire ses déchets, il ne constitue pas une solution, le meilleur déchet étant celui… qu’on ne produit pas.
recyclage-tri-poubelle

R comme Rendre à la Terre (c’est-à-dire composter) 🌱

Dernier des cinq « R », « Rendre à la terre » (soit composter, « rot », en anglais). Cette dernière étape s’applique aux déchets alimentaires et organiques. Si ceux-ci ne sont pas triés, ils se retrouveront enfouis ou incinérés avec d’autres déchets, et produiront alors du méthane, un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2 !
Pour éviter cela, le plus simple est de composter ces déchets, c’est-à-dire de les laisser se décomposer à l’aide d’oxygène et de chaleur, pour qu’ils redeviennent de la matière organique.  D’une part, cela vous permettra d’obtenir un super engrais pour les plantes de votre jardin ou de votre balcon, d’autre part cela réduira le volume global de vos déchets : en 2017, 32,8% des ordures ménagères résiduelles étaient des déchets putrescibles selon l’Ademe.
Pour composter, l’idéal est d’avoir un bac dans son jardin, mais pour ceux qui vivent dans de petites surfaces, le compostage est loin d’être inaccessible ! Il existe désormais de nombreux bacs à compost adaptés aux balcons et aux petites surfaces, ainsi que des lombricomposteurs, pour mettre à l’intérieur de chez soi sans pâtir des odeurs.
Ne vous reste plus qu’à remplir votre composteur avec vos déchets de cuisine (épluchures, marc de café, coquilles d’œufs…), vos papiers et cartons (rouleaux d’essuie-tout, mouchoirs…), vos déchets verts (fleurs fanées, écorces, mauvaises herbes…), et laisser le temps (et les vers) œuvrer !
compost-aliments-zero-dechet

Accessible à tous, la règle des 5 R constitue une très bonne méthode de base pour s’initier au zéro déchet. Attention évidemment à bien suivre ces étapes dans l’ordre, « Refuser » étant le premier réflexe à adopter pour entamer une démarche zéro déchet qui ait du sens. Alors, on s’y met ?

Texte : Coline de Silans
Crédit (header) : Markus Spike
annelaureb

annelaureb

Partager cet article :

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Nos derniers articles