Journée Mondiale de la Mer : 3 pistes pour prendre soin de ta mer

écologie plastique ocean

Le 24 Septembre 2020, c’est la Journée Mondiale de la Mer. À cette occasion et comme chaque année, l’Organisation Maritime Internationale (OMI, organe de l’ONU) met le projecteur sur les mers et océans pour sensibiliser à la protection de ces étendues qui couvrent plus de 70% de la planète. Selon un rapport de 2019 de la revue Nature, depuis les années 1950 et l’explosion de l’utilisation du plastique, pas moins de 8 millions de tonnes de ce matériau finissent chaque année dans nos océans !

Comment inverser la tendance et arrêter de faire de l’océan “la plus grande poubelle des sociétés modernes” ? On vous donne 3 pistes pour mettre le cap vers des mers aussi claires que de l’eau de roche ! 

Diminuer les déchets à la source : sur Terre 🌍

«Si on veut des mers et des océans propres, ça commence par des trottoirs propres !», déclarait en juin la secrétaire d’Etat à la Transition écologique, Brune Poirson. « Il faut que chacun comprenne que tout déchet jeté par terre finit souvent sa route dans l’océan » explique-t-elle. En effet, 80% des déchets que l’on retrouve en mer proviennent de sources terrestres. La meilleure technologie de dépollution des océans ne servira à rien si elle n’est pas accompagnée d’une réduction drastique des déchets à la source : et ça commence par le pas de notre porte, ou plutôt nos trottoirs et égouts où l’on jette parfois négligemment mégots et autres chewing-gum ! 

pollution ocean plastique infographie

Que faire alors pour voir le verre à moitié plein et la poubelle à moitié vide ? Adopter des réflexes zéro déchet, utiliser l’application “Ocean Zero” de la Surfrider Foundation ou encore participer à des opérations de “Clean up”, ramassage collectif d’ordures autour de chez soi. 

nettoyage plage Surfrider

Lutter contre les microparticules de plastique 🐠

“Plus de plastique que de poissons dans les océans d’ici 2050”, “7ème continent d’une surface de 6 fois la France” : à juste titre, le plastique a mauvaise presse ! Ce matériau durable utilisé de manière éphémère s’accumule dans les océans sous forme d’objets flottants ou de microparticules. Elles proviennent également des microfibres issues du lavage des vêtements à base de matières synthétiques, des microbilles contenues dans les produits cosmétiques ou des revêtements synthétiques des terrains de sport.

En plus de saturer les océans, ces particules qui échappent aux filtres et sont ingérées par les poissons se retrouvent souvent dans les assiettes des amateurs de produits de la mer. Bientôt du “tataki de thon au plastique” ou des “moules sauce pétrole” à la carte de nos restaurants préférés ? 

pollution ocean plastique Castalie

Les déchets du quotidien comme les couverts, assiettes, pailles et autres cotons-tiges en plastique ainsi que le matériel de pêche représentent 70% des déchets marins en Europe. Interdits à la vente dès 2020 en France et 2022 en Europe, les objets en plastique à usage unique peuvent être limités sans attendre ! Privilégier la gourde à la bouteille en plastique, utiliser des pailles lavables ou compostables, avoir des couverts réutilisables dans son sac sont autant de gestes simples pour éviter de contribuer à la folie du plastique. 

Au restaurant, on soutient l’initiative “ocean friendly restaurant” de la Surfrider Foundation, qui a établi une charte pour accompagner les professionnels vers une transition écologique. 

Favoriser le transport maritime responsable ⛵️

Qui n’a jamais rêvé de traverser l’Atlantique ou la Méditerranée en bateau ? Qu’il s’agisse de tourisme ou de commerce, le transport maritime bas carbone a le vent en poupe ! Des sites comme Vog avec moi ou Bourse aux équipiers proposent de vous mettre en relation avec un équipage pour faire de la co-navigation. 

Moins polluer les océans, cela passe aussi par la pratique d’un tourisme éco-responsable : toujours récupérer ses déchets après un pique-nique au bord de la mer, préférer le catamaran ou la planche à voile au ski nautique pour ses activités estivales ou encore utiliser une protection solaire biodégradable (ou tout simplement moins s’exposer au soleil) sont des bonnes pratiques à adopter.

Le 24 septembre, tout comme le reste de l’année, réduire sa consommation de plastique et changer son rapport à la mer est indispensable pour protéger les océans, biens communs de l’humanité qui comptent pour plus de 90 % du volume habitable du monde vivant. Prendre soin des océans, c’est pas la mer à boire ! 

bateau Castalie écologie

Texte : Laurène Petit
Crédit : Surf Rider Foundation, Najat Bertolt Jensen